En utilisant la méditation du Raja Yoga, l’une des plus anciennes techniques de méditation de l’Inde, il est possible d’apporter individuellement aux agriculteurs une force mentale qui impacte directement la qualité des récoltes.

Des études menées par l’Université d’Agriculture et de Technologie de Pantnagar, dans l’Etat de l’Uttarkhand (2012-2013) sur les champs du village de Gagsina (état de l’Haryana, Karnal, 2011-2012), et enfin par l’Université d’Agriculture et de Technologie de Dantiwasa (état du Gujarat, entre 2009 et 2012), permettent d’évaluer l’agriculture bio pratiquée par les Raja Yogis (ou Rajyogis).

Ces études constatent une meilleure germination et une plus grande vigueur des semences utilisées. Après 3 années de suivi, le rendement du blé et de l’arachide obtenus en agriculture bio accompagnée de pratique de la méditation du Raja Yoga est comparable à celui obtenu avec des pesticides et autres engrais

La croissance phénoménale de la production agricole obtenue au cours des dernières décennies (la Révolution Verte), est souvent attribuée aux technologies de l’agriculture industrielle. Néanmoins de tels résultats sont critiquables, car cette croissance néglige les écosystèmes agricoles et la santé humaine. La dégradation de la santé des agriculteurs et de l’environnement tire la sonnette d’alarme, nous incitant à trouver des systèmes agricoles à la fois respectueux de l’environnement et viables pour les paysans.

L’Agriculture Bio Yogi est un pas supplémentaire vers une solution. L’Agriculture Bio Yogi sous-entend travailler la terre « en yoga » (connexion, union), dans un état d’esprit fort et responsable.

Le Shaswat Yogic Kheti est une étape avancée d’agriculture biologique. Elle permet d’obtenir un écosystème amélioré, grâce à un état méditatif et métaphysique puissant, qui renforce les semences, les plantes, l’eau, la terre, les vergers et les forêts. La méditation du Raja Yoga n’a pas besoin d’être spécifique selon les semences, les sols ou l’eau. Elle peut donc être associée à toute pratique agricole biologique et écologique.

De nos jours, l ‘acceptation de l’énergie métaphysique va croissant. Elle ne coûte rien, elle se présente donc comme un levier de transformation sociale. Masaru Emoto avait déjà affirmé que l’énergie métaphysique – cad, des pensées positives, pures et élevées – pouvaient changer la qualité de l’eau de même que la germination des graines, la croissance et le développement des plantes, mais aussi la santé des individus . On a remarqué que les plantes perçoivent les intentions des humains (Backster, 1968), ce qui affecte leur résistance électrique.

Passer d’une agriculture intensive chimique à une agriculture intensive bio consiste à associer l’énergie métaphysique humaine par la pratique de la méditation comme celle du Raja Yoga. Il est désormais nécessaire d’apprendre à canaliser l’énergie métaphysique pour le bien-être de la planète.

Les recherches en physique quantique suggèrent que nous sommes des humains, mais aussi des êtres électromagnétiques. Nos pensées sont diffusées en nous et autour de nous, elles envoient des signaux qui pénètrent notre environnement (Lipton, 2012). Cependant, aucune étude plus poussée n’a été effectuée sur l’utilisation de l’énergie métaphysique dans le secteur de la production agricole. C’est ce que font aujourd’hui des paysans indiens dans les états du Rajasthan, l’Uttarkhand, le Gujarat, le Maharashtra : pour eux, une production agricole viable, un environnement sain et une communauté agricole épanouie nécessitent une approche systémique globale, qui associe l’ancienne sagesse du Raja Yoga , l’agriculture bio et les méthodes respectueuses de la nature dans son ensemble – soleil, eau, terre, air, les animaux et les plantes, etc. Cette méthode d’agriculture bio yogi est désormais étudiée par plusieurs universités agricoles.

Par ailleurs, la pratique de la méditation (Raja Yoga) est instrumentale pour renforcer l’estime de soi des paysans : elle aide à réduire le taux de suicides dans les campagnes, les violences sociales dans les familles et les villages, elle aide aussi à réduire la consommation d’alcool et de tabac, véritables fléaux dans les pays en voie de développement.

Les expériences de laboratoire menées à l’Université d’Agriculture et de Technologie de Pantnagar sur le blé (Triticum aestivum) et les pois-chiches (Cicer arietinum), ont permis d’étudier l’effet de l’énergie métaphysique sur la germination des semences, leur qualité, leur vigueur, par la pratique de la méditation.

L’étude complète chiffrée est disponible, en Anglais, en écrivant à ecoshantifrance@gmail.com. Elle donne des indications sur le pourcentage de germination, la longueur des racines, la longueur des pousses, un index de vigueur des graines et d’autres paramètres connexes. Les différents tableaux présentent les résultats pour le blé et les pois-chiches, les arachides.


[1] Kumari et al., 2012 – Grad, 1963 et Emoto, 2004 – Rondey et al., 2003, et Du Charme Laurene 2007.