L’idée de Projet Bhumi est née en 2009 au Centre d’études Hindoues d’Oxford. Elle fut discutée entre les représentants des 4 communautés religieuses les plus importantes du Royaume-Uni. Le but de l’initiative est d’éduquer, inspirer, informer, mettre en relation les Hindous qui veulent servir la Terre-Mère.

Le Bhumi Project fut officiellement lancé lors de la Célébration de Windsor des Communautés Religieuses pour une Planète Vivante, en novembre 2009.
Le nom Bhumi vient du Sanskrit. Il s’adresse à la personnalité de la Terre-Mère – qui possède d’autres noms tels que dharti, « celle qui tient tout ».
L’initiative s’articule autour d’un plan sur 9 ans. Le plan est organisé en trois secteurs : la mise en Réseau, l’Action et l’Education.

La population hindoue à travers le monde compte environ 900 millions d’âmes, dont 15 millions constituent la diaspora. Les enseignements de l’Inde dépassent la seule tradition hindoue, ils ouvrent de nouvelles perspectives dans le débat, par des concepts tels que atman (la divinité), dharma (la religion), ahimsa (la non-violence), sattva (le pur, le vrai), etc. Il est important que les Hindous respectent eux-mêmes leurs propres enseignements pour prendre soin de la planète et de sa population.

La force de cette culture est avant tout sa diversité qui lui permet d’adresser un message ouvert à tous. L’objectif n’est pas de parler au nom d’une communauté, mais plutôt de laisser à chacun le droit d’exprimer sa créativité, celle de sa communauté. Dans cet esprit de partage, l’expérience de chacun enrichira positivement tous les autres.

Le Bhumi Project espère rassembler toutes les communautés hindoues pour agir ensemble en faveur de l’environnement. Les Brahma Kumaris encouragent le partenariat et les échanges avec tous ceux qui feront progresser cette action commune.

« Mère Bhumi, que tout ce qui pousse en toi puisse de nouveau croître rapidement, que notre travail ne te blesse pas ! » Atharva Veda.

Le réseau

Infrastructure

Aujourd’hui, l’équipe de coordination du Bhumi Project se trouve essentiellement au Royaume-Uni ; une équipe est en train de se constituer aux Etats-Unis. Le but est que le plus grand nombre de pays puissent participer. Pour cela, chaque équipe de coordination nationale doit adopter la constitution actuellement en cours de validation.

Publicité et promotion

Les différentes structures du Royaume-Uni (principalement les temples hindous) partageront avec les autres pays leur mode de fonctionnement qui leur servira de base. Les jeunes seront sollicités pour apporter leur dynamisme, de même que des personnalités qui en deviendront les parrains. Tous les médias aideront à faire connaître le projet aussi largement que possible.

Internet

Les actions du plan général auront leur propre site internet au fur et à mesure qu’elles se développeront en neuf ans. Un site général regroupera les sites plus spécifiques.

Projets de conservations importants

Le Bhumi Project est prêt à s’associer à divers projets existants, parmi lesquels :

  1. Gange propre, nettoyer le Gange
  2. Fondation Braj, protéger les lacs de l’Uttar Pradesh et les ghats (escaliers accédant aux fleuves)
  3. Préservation du Golf de Mannar (Ram Sethu)

Pèlerinages verts

Le nombre de pèlerins augmente vers les sites de pèlerinages qui sont situés en Inde. Il s’agit de créer une ligne de conduite pour préserver le sens du sacré de ces sites en encourageant les pèlerins à adopter les comportements adéquates – transport, logement, utilisations des ressources locales.
En association avec les prêtres et les collectivités locales, il s’agit de minimiser l’impact des pèlerins sur l’environnement.

Récompenses Bhumi

Il est important de reconnaître et de récompenser les acteurs qui accomplissent des actions significatives en faveur de l’environnement. Le but est de mettre en valeur des exemples qui inspirent l’ensemble de la communauté hindoue et favorisent la mise en réseau d’une écologie sur le modèle hindoue. Les premières récompenses interviendront après les trois premières années.

Initiatives locales

Le travail en collaboration avec les collectivités locales, les initiatives éducatives et d’autres religions, etc. est encouragé.

Katha : des histoires à raconter

La lecture de textes de sagesse fait entièrement partie de la culture hindoue. Il s’agira ici d’extraire des textes sacrés des histoires porteuses d’une perspective environnementale.